Défi lecture #3 – Le Mexicain

Défi lecture #3 – Le Mexicain

Après plusieurs semaines d’absence sur ce blog (j’ai honte !) je fais aujourd’hui un article lecture particulier puisque je n’y parle que d’un seul livre.

8 – Le mexicain

téléchargement1910, les paysans crèvent de faim, le Mexique est en ébullition. La dictature de Porfirio Diaz, s’appuyant sur les grands propriétaires et les militaires, étouffe toute contestation par le fer et par le feu. Mais le règne de plus de trente ans touche à sa fin. À 2 000 kilomètres au nord, les révolutionnaires en exil préparent la conquête du pouvoir. Un matin, Felipe Rivera, jeune Mexicain chétif, surgit dans les locaux de l’organisation. Nul ne sait d’où il vient. Il souhaite servir la révolution et se montre efficace. On ne lui connaît aucune activité, pourtant il remplit les caisses. Il fascine, il fait peur. Cet être est un mystère…

Mais je l’ai trouvé où…?

Je suis tombée sur ce livre en allant faire un tour à Nuit debout, Place de la République. J’ai beaucoup aimé l’ambiance, malgré l’image qu’on voulait nous faire passer, j’ai trouvé ça très calme, avec de petits rassemblements en tous genres sous des tentes, pour des débats, de la musique, des lectures en groupe…. J’ai senti une atmosphère particulière, comme un retour dans les années 60 (même si je n’y ai pas vécu, mais je pense que si les vies antérieures existent, j’ai dû surement y passer un moment :p). Bref, les gens étaient là car ils avaient une volonté de changer les choses, de ne plus se faire bouffer par ce système qui nous bouffe tous, moi y compris et ça ne m’enchante pas (d’ailleurs à ce sujet, j’ai eu une longue réflexion un soir en essayant de trouver le sommeil – c’est toujours dans ces moments-là que je réfléchis le plus mais les idées disparaissent ou s’estompent souvent au réveil malheureusement – à propos de la surconsommation et de la consommation tout court…. Ça m’a donné une idée d’article et je me pencherais dessus très bientôt).

Bon tout ça pour dire qu’il y avait donc à République un stand d’un éditeur que je ne connaissais pas, Libertalia, spécialisé dans les livres portant un message engagé, politisé. Et ayant passé 2 semaines au Mexique il n’y a pas si longtemps, le titre de ce livre m’a tout de suite attirée (la couleur jaune de la couverture y est surement pour quelque chose aussi :-)). Je connaissais Jack London pour son roman « l’appel de la forêt » mais sans l’avoir jamais lu. Je ne savais rien sur l’auteur et je ne m’attendais d’ailleurs pas à trouver des nouvelles de lui portant sur le thème de la révolution. La 4e de couverture a fini de me convaincre d’acheter ce bouquin que j’ai lu en 2 jours. Il ne fait qu’une centaine de pages dont une longue préface racontant la vie de London qui m’a fait aimer cet homme et sa vision du monde et m’a donné envie de lire d’autres de ses nouvelles ou romans, ainsi qu’une interview en fin d’ouvrage de deux activistes du CSPCL (Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte) sur les traces de la révolution mexicaine 100 ans après.

Ce que j’en ai pensé

Bref ça se lit donc très rapidement. La nouvelle en elle-même est composée de deux parties. Une première pour nous mettre dans le contexte de la révolution mexicaine menée de l’autre côté de la frontière (aux USA) et la deuxième partie qui nous plonge dans l’âme et les pensées du personnage principal à travers un épisode décisif de sa vie mais je ne vais pas spoiler.

J’ai trouvé cette nouvelle très forte malgré sa (courte) longueur. On peut y ressentir toute la hargne des révoltés,  de l’amour qu’on peut avoir pour sa patrie, et de la tristesse ressentie quand son peuple est opprimé par son propre gouvernement.

L’histoire bien que romancée, repose bien évidemment sur des faits réels et raconte d’un certain point de vue la révolution mexicaine de 1910 contre le régime de Porfirio Diaz.

Bon il ne me reste plus qu’à acheter d’autres nouvelles de Jack London et me plonger dans son univers.

A bientôt pour de nouveaux avis !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *