Archives de
Catégorie : Lecture

Défi lecture #3 – Le Mexicain

Défi lecture #3 – Le Mexicain

Après plusieurs semaines d’absence sur ce blog (j’ai honte !) je fais aujourd’hui un article lecture particulier puisque je n’y parle que d’un seul livre.

8 – Le mexicain

téléchargement1910, les paysans crèvent de faim, le Mexique est en ébullition. La dictature de Porfirio Diaz, s’appuyant sur les grands propriétaires et les militaires, étouffe toute contestation par le fer et par le feu. Mais le règne de plus de trente ans touche à sa fin. À 2 000 kilomètres au nord, les révolutionnaires en exil préparent la conquête du pouvoir. Un matin, Felipe Rivera, jeune Mexicain chétif, surgit dans les locaux de l’organisation. Nul ne sait d’où il vient. Il souhaite servir la révolution et se montre efficace. On ne lui connaît aucune activité, pourtant il remplit les caisses. Il fascine, il fait peur. Cet être est un mystère…

Mais je l’ai trouvé où…?

Je suis tombée sur ce livre en allant faire un tour à Nuit debout, Place de la République. J’ai beaucoup aimé l’ambiance, malgré l’image qu’on voulait nous faire passer, j’ai trouvé ça très calme, avec de petits rassemblements en tous genres sous des tentes, pour des débats, de la musique, des lectures en groupe…. J’ai senti une atmosphère particulière, comme un retour dans les années 60 (même si je n’y ai pas vécu, mais je pense que si les vies antérieures existent, j’ai dû surement y passer un moment :p). Bref, les gens étaient là car ils avaient une volonté de changer les choses, de ne plus se faire bouffer par ce système qui nous bouffe tous, moi y compris et ça ne m’enchante pas (d’ailleurs à ce sujet, j’ai eu une longue réflexion un soir en essayant de trouver le sommeil – c’est toujours dans ces moments-là que je réfléchis le plus mais les idées disparaissent ou s’estompent souvent au réveil malheureusement – à propos de la surconsommation et de la consommation tout court…. Ça m’a donné une idée d’article et je me pencherais dessus très bientôt).

Bon tout ça pour dire qu’il y avait donc à République un stand d’un éditeur que je ne connaissais pas, Libertalia, spécialisé dans les livres portant un message engagé, politisé. Et ayant passé 2 semaines au Mexique il n’y a pas si longtemps, le titre de ce livre m’a tout de suite attirée (la couleur jaune de la couverture y est surement pour quelque chose aussi :-)). Je connaissais Jack London pour son roman « l’appel de la forêt » mais sans l’avoir jamais lu. Je ne savais rien sur l’auteur et je ne m’attendais d’ailleurs pas à trouver des nouvelles de lui portant sur le thème de la révolution. La 4e de couverture a fini de me convaincre d’acheter ce bouquin que j’ai lu en 2 jours. Il ne fait qu’une centaine de pages dont une longue préface racontant la vie de London qui m’a fait aimer cet homme et sa vision du monde et m’a donné envie de lire d’autres de ses nouvelles ou romans, ainsi qu’une interview en fin d’ouvrage de deux activistes du CSPCL (Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte) sur les traces de la révolution mexicaine 100 ans après.

Ce que j’en ai pensé

Bref ça se lit donc très rapidement. La nouvelle en elle-même est composée de deux parties. Une première pour nous mettre dans le contexte de la révolution mexicaine menée de l’autre côté de la frontière (aux USA) et la deuxième partie qui nous plonge dans l’âme et les pensées du personnage principal à travers un épisode décisif de sa vie mais je ne vais pas spoiler.

J’ai trouvé cette nouvelle très forte malgré sa (courte) longueur. On peut y ressentir toute la hargne des révoltés,  de l’amour qu’on peut avoir pour sa patrie, et de la tristesse ressentie quand son peuple est opprimé par son propre gouvernement.

L’histoire bien que romancée, repose bien évidemment sur des faits réels et raconte d’un certain point de vue la révolution mexicaine de 1910 contre le régime de Porfirio Diaz.

Bon il ne me reste plus qu’à acheter d’autres nouvelles de Jack London et me plonger dans son univers.

A bientôt pour de nouveaux avis !

 

 

Défi lecture 2016 #2

Défi lecture 2016 #2

Voici donc la suite de mes lectures de 2016. J’ai pris un peu de retard du fait du voyage au Mexique durant lequel je n’ai pas lu une seule ligne à part dans l’avion. J’ai plus passé mon temps pendant les trajets à regarder les paysages ou à dormir :-)… Mais pour en revenir à la lecture je rattrape mon retard petit à petit, notamment en dévorant le n° 7 (Puzzle de Thilliez) en 4 jours.

4 – L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea – Romain Puertolas

téléchargementUne aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye postkadhafiste. Une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, mais aussi le reflet d’une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle. 

J’ai adoré cette histoire, complètement loufoque mais au final et derrière  les clichés, pleine de vérités sur la vie et le contexte actuel des réfugiés en Europe.

Ca se lit très vite (j’avais déjà lu la moitié avant d’arriver au Mexique), c’est drôle, surprenant. On s’attache vite à ce drôle de Fakir qui se remet en question au cours de son voyage improvisé autour de l’Europe.  Je le conseille vivement.

5 – Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi – Katherine Pancol

9782253161950-TSouvent la vie s’amuse. Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud. Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés ignorent les détails. Ils veulent du lourd, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant. Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi…

Celui-ci est le troisième volet de la saga devenue culte. J’ai mis du temps à m’y mettre mais quand je me suis décidée j’ai acheté les 3 en même temps. J’avais déjà lu les 2 premiers en 2015. Il était temps de lire la fin (je n’enchaîne jamais les suites, j’aime lire d’aures lives entre chaque tome).

J’ai beaucoup aimé toute la saga. On s’attache aux personnages, même la petite peste d’Hortense (bon j’avoue que si j’étais sa mère je l’aurais remise à sa place depuis bien longtemps haha mais bon…). Ce troisième volet, le plus long a été mon préféré je pense, quoique le choix est difficile. Le 2eme montre une bonne évolution de Joséphine, l’héroïne, mais dans celui-ci elle s’affirme vraiment. De plus, ça se passe pas mal à Londres puisque plusieurs personnages y vivent, et y ayant vécu un peu récemment, j’aime essayer de reconnaître les lieux dont il est question. Pareil pour New York.

Bref si vous avez lu et aimé les 2 premiers volets, celui-ci ne dérogera pas à la règle je pense.

6 – Not that kind of girl – Lena Dunham

téléchargement (1) « If I could take what I’ve learned and make one menial job easier for you, or prevent you from having the kind of sex where you feel you must keep your sneakers on in case you want to run away during the act, then every misstep of mine was worthwhile. No, I am not a sexpert, a psychologist, or a dietician. I am not a mother of three or the owner of a successful hosiery franchise. But I am a girl with a keen interest in having it all, and what follows are hopeful dispatches from the frontlines of that struggle. »

Comme je regarde la série Girls créée, réalisée et interprétée par Lena Dunham, j’étais curieuse de lire son bouquin. Celui-ci est une compilation d’anecdotes dans le désordre le plus total à propos de l’amour, du sexe, de lamité, des études et travail, du rapport au corps et à la santé… Ce sont ses mémoires, mais comme elle le dit elle-même, on n’est jamais sûr du degré de véracité de ses histoires, car elle a tendance à en rajouter un peu. Je l’ai lu en anglais, d’où la 4e de couverture. Malgré un bon niveau dans cette langue, je ne comprends pas encore les subtilités de toutes les expressions mais je capte quand même l’ensemble et le sens. Il y a aussi pas mal de référence à la culture générale américaine que je ne peux pas comprendre. Mais ça se lit quand même facilement. Je ne peux pas le recommander à des gens qui ne la connaissent pas, je ne pense pas que ça ait un intérêt particulier. Mais si vous regardez la série, que vous l’appréciez et voulez en savoir plus sur elle, pourquoi pas ! Elle a des histoires assez drôles…

7 – Puzzle – Franck Thilliez

thilliez-puzzle-book Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer à la partie ultime. Celle de ce jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, seulement le nom : Paranoïa. Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle numéro 1 : Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu.  Suivie, quelques heures plus tard, de la règle numéro 2 : L’un d’entre vous va mourir. Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, quand Ilan découvre des informations liées à la disparition toujours inexpliquée de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à établir. Paranoïa.  peut alors réellement commencer.

J’adore Thilliez, ça s’est dit. Mais j’aime plus particulièrement ses livres très tournés vers la psychologie et ceux qui ne font pas partie de la série Hennebelle-Charcot, ceux qui sortent un peu du lot, comme celui-ci !

Comme dit plus haut, je l’ai donc dévoré en 4 jours. C’est bien simple, il n’y a aucun temps mort, on se pose des question à chaque paragraphe, on a qu’une envie : lire la suite, avoir des réponses, mettre en place les pièces du Puzzle. Mais dès qu’on croit comprendre quelque chose, d’autres questions se posent. Bref c’est à rendre dingue et bien sûr on se doute qu’on aura le fin mot de l’histoire qu’à la fin et que celle-ci sera surprenante. Un vrai thriller comme je les aime.

La suite au prochain numéro!

Défi lecture 2016

Défi lecture 2016

Sans titre.png

L’une des seules voire la seule « résolution » que j’ai prise cette année est de lire 40 livres. Le reste, je préfère appeler ça des objectifs, des projets mais ne pas utiliser le mot résolution car on n’est jamais sûrs d’être résolus et la plupart du temps on ne l’est pas et ça tombe à l’eau au bout d’un mois maximum (dans le cas où on a daigné commencer!)…

Lire la suite Lire la suite